Restez connecté :

Accueil du site > Actualités > Soutenance de thèse - Alice BIANCHI Mendiants et personnages de rue dans la (...)

Soutenance de thèse - Alice BIANCHI Mendiants et personnages de rue dans la peinture chinoise des Ming (1368-1644) et des Qing (1644-1911)

Soutenance le 28 novembre 2014 à 9h00 - INALCO - Les Salons - 2 rue de Lille - 75007 Paris

Partagez :

Soutenance de thèse de

Alice BIANCHI Mendiants et personnages de rue dans la peinture chinoise des Ming (1368-1644) et des Qing (1644-1911)

Sous la direction de :

Frédéric Wang (Professeur des universités, Inalco)

le 28 novembre 2014 à 9h00 - INALCO - Les Salons - 2 rue de Lille - 75007 Paris

Résumé

Cette étude porte sur une tradition picturale méconnue, celle des Liumin tu (portraits d’errants, de mendiants, etc.), et se propose d’analyser et de définir ce genre avant qu’il ne sombre dans l’oubli général. Cette tradition se rattache à l’œuvre de Zheng Xia qui, en 1074, soumit au trône un mémoire accompagné d’une peinture représentant les victimes d’une famine, pour demander des secours et dénoncer l’origine politique de la crise. La première partie de ce travail est consacrée au prototype du genre et à sa postérité directe : les mémoires illustrés, produits à partir de l’époque Ming par des fonctionnaires. Nous nous sommes interrogée sur les procédés employés pour décrire et mettre en image la catastrophe et ses victimes, mais aussi sur les fonctions de ces ouvrages et leurs modalités de transmission. Au XVIe siècle, apparaissent également des peintures qui présentent, à côté des réfugiés, des mendiants et d’autres déclassés. Au moins deux grands types émergent : les œuvres qui s’attachent à souligner les souffrances de ces gens, et celles les dépeignant dans des situations comiques ou grotesques. Dans la deuxième puis la troisième partie, nous suivons parallèlement le développement de ces deux traditions aux époques Ming et Qing. Il est apparu que si certaines œuvres décrivent les misères de ces chemineaux pour indigner et émouvoir le spectateur, comme les mémoires illustrés, d’autres présentent les maux de la société à travers ces personnages. Les peintres pouvaient combiner ces deux niveaux de commentaire dans une même œuvre et tenir plusieurs discours, suivant les situations auxquelles ils étaient confrontés et le public auquel ils s’adressaient.

Liens :

Avis de soutenance :

http://www.inalco.fr/sites/default/...

Résumé de thèse :

http://www.inalco.fr/sites/default/...


Crédits |
© 2017 - AFEC